Jas et Jasserie du côté de Saint-Anthème…

Vous cherchez le paradis ? … et tentez, comme moi, d’en suivre les traces… Eh bien, vous allez être ravi… Car, là où je vous emmène, il n’y a de place que pour les superlatifs… Situé dans le massif du Forez, du côté de Saint-Anthème, le site naturel des Hautes Chaumes est en tout point exceptionnel. Certes, l’air y est vif, l’immensité infiniment sauvage, genévriers et bruyères se partageant le paysage. Malgré tout, l’homme d’hier a su, en ces lieux d’estive, imposer une activité pastorale significative et adapter son mode de vie autour de jasseries dont l’harmonie architecturale vernaculaire reste encore aujourd’hui des plus extraordinaires.

Alors, si l’on excepte la bise qui effleurent des milliers de fleurs et la sensation exquise de respirer le bonheur, qu’y a-t-il de si particulier de Valcivières jusqu’au-delà du col des Supeyres pour que cet endroit retienne notre attention ?

Sur les traces du Coq Noir…

C’est au hameau du Grand Genévrier situé à 1265 m. d’altitude qu’il faut aller pour se rendre compte avec certitude du patrimoine qu’il nous faut préserver. Nous voilà donc à la jasserie du Coq noir, le plumage d’ébène  en effigie symbolisant parfaitement ces lieux d’alpage. L’endroit est unique et ça vaut vraiment la peine de visiter l’écomusée tout en dégustant quelques breuvages.

Ferme de transhumance authentique construite il y a plus de 120 ans, cette vieille bâtisse, il y a quelques temps déjà, a été rebâtie sans que l’environnement du Forez en pâtisse. Restauré dans le respect des traditions locales et conformément aux techniques originales naguère employées, le Coq Noir d’aujourd’hui nous invite à admirer de la tête au pied, le chaume de son toit pentu, le bois luné servant à la charpente et le granit de ses murs chaulés. Comme il est fier de retrouver à la fois son aspect de chaumière réconfortante et recréer autour de sa fenière l’ambiance d’autrefois.
Le patrimoine des Hautes Chaumes est bien vivant, le Coq Noir se sent rajeuni en voyant se pérenniser la mémoire des paysans et les traditions du territoire. Proposer des activités très diversifiées est un pari réussi : balade, jeu de piste, repas à la chandelle, animations scolaires, festival culturel, concerts …, c’est bien car chacun d’entre nous, voisin, touriste, a envie de partager pendant un instant l’héritage des jasseries.

Sur les traces d’une nouvelle jasserie…

Le Coq Noir trace désormais sa route, pourtant « une idée petite, mais tenace… » a germé dans sa tête pour prolonger la fête, l’objectif étant d’ouvrir un refuge en restaurant d’anciens vestiges tout à côté. Mais le coût estimatif pour redonner vie à une nouvelle jasserie se monte à près de  175 000 €, de quoi vous donner le vertige !…

Malgré l’avis très favorable du Conseil Architectural Urbanisme et Environnement du Puy-de-Dôme (CAUE), le soutien du Parc Régional Livradois-Forez et la formidable volonté des associations pour réunir les fonds, la trésorerie n’est pas suffisante pour mener une telle opération. C’est la raison pour laquelle l’association Livradois & Mont du Forez fait appel à la générosité en proposant d’apporter une contribution au moyen d’un don pour aider à la restauration du nouveau jas.

« Alors, si vous êtes amoureux de la nature, de la tradition des Hautes Chaumes du Forez, de l’esprit Coq Noir, ou pour toute autre raison qui ne regarde que vous… n’hésitez pas à  donner pour faire sortir de terre ce projets ambitieux ! », Association Livradois et Monts du Forez